ÉQUIPE

CHERCHEUR/E/S

Rachel Bouvet, chercheure principale, UQÀM

PhotoRachelBouvetwebRachel Bouvet est professeure au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et membre de Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Ses recherches récentes, portant sur la géopoétique et sur les composantes aquatique et végétale du paysage, sont réunies dans son dernier essai, intitulé Vers une approche géopoétique. Lectures de Kenneth White, Victor Segalen et J.M.G. Le Clézio (PUQ, 2015). En tant que responsable de La Traversée – Atelier de géopoétique (https://latraverseegeopoetique.wordpress.com), qu’elle a co-fondé en 2004, elle a organisé divers événements, dont certains liés au végétal (Atelier « Cultiver le sauvage », Bruxelles, 2015, avec S. de Borman), et codirigé plusieurs collectifs : Le nouveau territoire. L’exploration géopoétique de l’espace (avec K. White, Cahier Figura, 2008), De marche en marche, habiter le monde (avec B. Bordeleau, Cahier Remix, 2011), Topographies romanesques (avec A. Camus, PUR/PUQ, 2011), Ville et géopoétique (avec G. Amar et J.-P. Loubes, L’Harmattan, 2016), Géopoétique des confins (avec R. Olivieri-Godet, PUR, à venir en 2018).

 

Stéphanie Posthumus, co-chercheure, U. McGill

s200_stephanie.posthumusLa co-chercheure Stéphanie Posthumus dirige le projet de recherche Digital Environmental Humanities, qui met en place un nouveau réseau d’experts dans le domaine des  humanités environnementales et numériques, développe de nouveaux outils pour l’analyse de l’environnement dans les médias et explore de nouveaux modes de dissémination des recherches en humanités environnementales (www.dig-eh.org). Elle a également publié plusieurs  articles sur la pensée écologique en France, co-dirigé un collectif sur les études animales, French Thinking about Animals (2015) et rédigé la première monographie sur l’écocritique française, French Écocritique : Reading Contemporary French Theory and Literature Ecologically (2017).

 

Anne-Rachel Hermetet, collaboratrice, U. d’Angers

ARHermetet-2-cb875

A.-R. Hermetet a dirigé l’équipe EcoLitt (Écologie et littérature), qui réunit une quarantaine de chercheurs de 3 universités (Angers, Nantes, Le Mans), dont I. Trivisani-Moreau, C. Pavie et B. Guest (subvention 2014-2016; programme soutenu par la région des Pays de la Loire). Elle a coorganisé, en 2016, le colloque « Ecocritique: nouvelles territorialités » dont les actes, édités avec B. Guest, paraîtront aux Classiques Garnier. Elle co-dirige avec Anne-Laure Bonvalot, B. Guest et I. Trivisani-Moreau un ouvrage collectif sur l’écocritique. L’objectif principal d’EcoLitt est d’identifier et d’analyser les modalités d’intervention des thèmes écologiques dans la fiction littéraire,  de mettre en évidence l’émergence d’une réflexion éthique sur le rapport de l’homme à la nature et la prise en charge de la notion d’inquiétude environnementale par la fiction. Un répertoire de fictions environnementales a été constitué (http://ecolitt.univ-angers.fr).

 

Isabelle Trivisani-Moreau, collaboratrice, U. d’Angers

ITrivisani-Moreau-10af6

I. Trivisani-Moreau est spécialiste de l’esthétique du jardin et des théories du paysage dans la littérature du XVIIe siècle. Elle a organisé deux colloques internationaux : l’un en 2008, qui a donné lieu à l’ouvrage Paysage politique. Le regard de l’artiste (PUR, 2010), et l’autre en 2012 avec A. N. Taibi et C. Pavie : Traces du végétal (2015). Elle a également dirigé les actes du colloque Natura in fabula. Topiques romanesques de l’environnement, en collaboration avec Philippe Postel (à paraître en 2018).

 

 

Bertrand Guest, collaborateur, U. d’Angers

BertrandGuest

B. Guest s’intéresse aux relations entre littérature et géographie ainsi qu’à la figure du scientifique littéraire dans les littératures allemande (Humboldt), française (Reclus) et américaine (Thoreau) au XIXe siècle. Il a publié Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique (Humboldt, Thoreau, Reclus) (2017) et prépare un ouvrage collectif avec A.-R. Hermetet, Écocritique : nouvelles territorialités.

 

 

 

Cristiana Pavie, collaboratrice, U. d’Angers

images

C. Pavie coordonne le programme « HerbEnLoire – Herbiers en Pays de la Loire : histoire, conservation, valorisation », porté par le CERHIO en collaboration avec plusieurs partenaires (musées, associations). Elle est également responsable de la partie histoire du programme ANT « RosesMondes » et de l’axe Histoire du programme « FloRHiGe – Facteurs de succès de l’innovation variétale du rosier aux XVIIIe et XIXe siècle, démarche interdisciplinaire génétique et historique » (IRHS).

 

A. Nuscia Taibi, collaboratrice, U. d’Angers

photo-nuschA.N. Taibi a dirigé une recherche sur les « Dynamiques d’évolution et plans de gestion de la mangrove de Toliara, Madagascar » (Programme Planet Action de Astrium-SPOT Image) et participé à deux équipes: « Archéologie du paysage en pays Dogon (Mali) » (ANR franco-allemand) et « Caractérisation et suivi des forêts galeries à Anjouan (Comores) pour leur conservation et restauration» (Programme Planet Action de SPOT Image et UNESCO). Elle travaille actuellement sur un projet de recherche consacré au végétal colonial (Marrakech, Alger, Antananarivo et Toliara) et financé par l’Agence Universitaire de la Francophonie, l’Institut Français d’Alger et un Contrat Plan Etat Région Pays de la Loire (Mobilité à Madagascar).

ASSISTANT/E/S DE RECHERCHE

Joseph Dorion, assistant de recherche, UQAM, Étudiant de maîtrise

Joseph Dorion a obtenu une maîtrise en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal en 2018. Il est membre deLa Traversée, l’atelier québécois de géopoétique et de Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Il poursuit aujourd’hui ses études en éducation à l’Université d’Ottawa.

 

Marine Bochaton, assistant de recherche, UQAM, Étudiante au doctorat

Marine Bochaton est diplômée d’un Master recherche en Lettres Modernes obtenu en 2016 à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Elle a travaillé en parallèle comme assistante de programmation culturelle à la Villa Gillet – Centre international pluridisciplinaire. Elle poursuit aujourd’hui son cursus universitaire avec un Doctorat en études littéraires à l’UQAM, elle s’intéresse aux rapports entre marginalité, espace et poétique.